Astrolabe planisphérique décoratif. Non…

Lot 303
1 500 - 2 500 €
Résultats sans frais
Résultat: 3 600 €

Astrolabe planisphérique décoratif. Non…



Astrolabe planisphérique décoratif.

Non signé, probablement persan, non daté (XVIIIe ou XIXe siècle), en laiton martelé et gravé, écriture arabe cursive.



Ce modèle est composé d'une araignée, d'un limbe en une seule pièce fondue avec le kursi (trône) et la mère, cinq tympans, une alidade, une épingle à tête ronde, une clavette recourbée pour la fermeture et deux anneaux de suspension dont un riveté au kursi.



Astrolabe d'assez belle facture et d'une technique maîtrisée qui n'a cependant pas d'utilisation scientifique astronomique. Ce type de modèle, à usage purement décoratif, fut produit en Iran en particulier au cours des XVIIIe et XIXe siècles (fin de la dynastie des Safavides et début de la dynastie Qâjâr).



La fine décoration des cartouches qui ornent le trône, inscriptions sur motif de fond végétal avec feuillage effilé et fleurs, n'est pas sans rappeler le travail stylistique d'Abdullah al-A'lmmah, actif entre 1678 et 1722, auteur d'une trentaine d'astrolabes référencés. Ces deux cartouches portent sur la face le mot "Jonub" qui signifie "Sud" et, sur le dos, la phrase "khotout samawat wa al arz" qui veut dire "Les lignes des cieux et de la terre". Ces inscriptions restent très vagues pour ce type d'instrument ; en effet, cet astrolabe ne porte aucune signature ni date visible, il n'y a pas non plus de dédicaces ou d'indications quelconques concernant les commanditaires et le lieu de sa confection, ces précisions figurent très souvent dans des cartouches situés sur le trône ou sur la mère.



L'alidade est purement décorative puisque qu'elle ne comporte pas de pinnules de visée ni aucune graduation.



L'araignée asymétrique est finement gravée, 28 étoiles sont nommées dans des pointes fleuronnées dont une inscrite dans un croissant de lune.



Le limbe gradué porte une échelle de 360° divisée en intervalles de 5°.



La face interne de la mère présente le nombre impressionnant de 120 noms de lieux. Parmi lesquelles des villes iraniennes : Kâshan, Shiraz, Ardabil, Rey ainsi que les lieux saints de la Mecque et de Médine. Ces localisations sont gravées dans des cartouches disposés en 6 cercles concentriques comprenant chacun 20 cartouches séparés par 20 traits incurvés (l'un de ces traits est en partie doublé).



Le dos présente dans sa partie basse un tableau des ombres, à gauche en haut un graphique des cosinus sinus, à droite en haut le tracé des heures.



Les 5 tympans présentent des tracés astrolabiques, avec des courbes marquant les altitudes et les azimuts et portent au centre une inscription.



La face de la mère est fortement martelée autour de l'orifice central, l'araignée présente 3 petites fentes. Modèle bien complet de son mudîr (encoche permettant de maintenir les tympans à la mère).



Malgré son manque de fonction, ce modèle reste très attrayant de par sa facture et son style.



Diam. : 8,9 cm - Haut. : 13,5 cm



Expertse : Jean-Bernard GILLOT, Librairie Alain Brieux; Consultante : Marine FROMANGER.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue